POEMS - ODETTE CASADESUS





Mozart

5 décembre 1791 (mort de Mozart)
5 décembre 1957 (naissance d'Axel)

Mozart est mort. Tu viens de naître.
- Requiem et alléluia ! -
Le givre glace la fenêtre
De bémols et de clés de fa.

Cinq décembre : à Salzbourg, il neige.
Paris de brume couronné
Rassemble quelques blancs arpèges
Sur ton berceau de nouveau-né.

Mozart est mort pour que tu viennes
Cent soixante six ans plus tard.
Enfant de Paris et de Vienne,
Tu viens de naître avec Mozart.

Odette Casadesus - 1982



L'Après-silence

Mon silence est tombé pour toi des stalactites
Ces javelots de glace enfoncés dans la nuit.
Devant la page blanche on se sent si petite,
On trébuche aux lacets de l'encre qui s'enfuit.

Mon silence est tombé sans bruit comme une feuille.
Il roule dans les mots en vertige d'oiseaux.
Il faut crever le mur que ma mémoire endeuille,
Revenir au soleil et bercer mes roseaux.

Donner le coup de pied au fond du lac de givre
Pour remonter enfin vers les tièdes printemps.
Au nom de ton amour accepter de revivre,
Aux plis de tes cheveux épingler mes instants.

Pour toi mon cœur en berne ouvre son coquillage.
Entends chanter la mer en sa conque de gel
Et tout l'amour de toi le long de cette page.
Mon silence est tombé comme neige à Noël.

Odette Casadesus - 1989




Prélude en do

Coeur contre coeur et rose à rose,
Deux sources de sang et d'amour :
Le même sang, la même cause
Et ton sourire au premier jour.

Comment t'expliquer le mystère ?
Chaque seconde que j'entends
Battre à l'heure de mes artères,
Je te porte en moi, comme avant.

Ce soir, je vais te mettre au monde
Mon fils, pour la seconde fois.
Tu dors encore au creux de l'onde,
Mais que ce soir un homme soit !

Nous sommes deux aux orgues claires,
Moi, petite ombre dans ton dos,
Et toi baigné de la lumière
Qui monte du Prélude en do.

Odette Casadesus - 1973




Back to Odette Casadesus' page